Feb 06, 2019

Être agent général, une voie d’avenir ?

FI RELÈVE – Trois modèles sont possibles, selon l’industrie.

«Lorsque je me suis lancé comme agent général en 1999, j’ai pu obtenir du financement. Ça m’a permis de faire des acquisitions. En 2018, il serait presque impossible de repartir à zéro et de refaire le même chemin», dit John Hamilton, fondateur et conseiller principal du Groupe financier Horizons (GFH).

D’une part, les cibles d’achats chez les agents généraux (AG) établis sont moins nombreuses qu’il y a vingt ans. Or, les assureurs exigent dorénavant des volumes d’affaires beaucoup plus élevés de la part des AG, et les conseillers s’attendent à une offre variée.

«Comment les petits agents généraux pourraient-ils attirer les courtiers et augmenter leurs volumes d’affaires sans avoir déjà des contrats avec plusieurs assureurs, ce qu’ils n’ont pas faute de production suffisante ? C’est un cercle vicieux (catch-22)», dit John Hamilton qui a cédé, en juillet, les postes de président et chef de la direction de GFH à Nick Pszeniczny, de la Great-West.

More…

Posted On Feb 06, 2019 under